la vie domestique
la vie domestique
la vie des champs
les fêtes
les métiers
L'église
L'école
les habitants
le livre sur Fayet
lampe tempête
L'éclairage
L'électricité n'est apparue que vers 1936, d'abord dans les plus gros villages. On s'éclairait auparavant avec diverses lampes à pétrole ou à huile. La lampe-tempête pouvait être emportée dehors, jusqu'à l'étable où on l'accrohait le temps de traire les vaches. La lampe-pigeon, toute petite, n'éclairait que le bout des pieds. Le "chaleuil" était alimenté de tous les restes d'huile : huile de friture, huile brlée...

le " beseau" de Fayet
Leau
L'eau courante n'a été mise que dans les années 60. On s'approvisionnait dans les fontaines, parfois loin de l'habitation, à l'aide de seaux en zing recouverts d'un couvercle. C'était un bien précieux, qu'il ne fallait pas gaspiller.

moule à beurre
La nourriture.
Les gens ne mangeaient pratiquement que des produits de chez eux. Le fromage, le beurre étaient faits à la maison. La crème du lait était prélevée tous les jours et mise en attente dans un beurrier, récipient dans lequel la crème se séparait du petit lait. Le beurre était fait une fois par semaine, en général le dimanche, dans une baratte, puis moulé dans le moule à beurre. Le lundi, certains allaient en vendre au marché de Billom.

sur la route du Gésy
L'habillement
On choisissait des vêtements pratiques et solides. Le pantalon, souvent de gros velours, était réservé aux hommes. Les femmes ne devaient pas avoir les bras nus. Aux pieds, on portait des sabots de bois garnis de paille en hiver ; les galoches étaient mises pour aller à la messe le dimanche, ou quand il pleuvait ou qu'il y avait de la neige.
fayet1930
12/11/09